Actualité

Portraits de femmes du numérique #4

Pour continuer dans notre série thématique, voici un nouveau portrait d’une de nos collaboratrices chez Operis. Aujourd’hui c’est celui de Manal, chargée d’études pour notre Observatoire des Territoires: Agora. Cette série a pour but de montrer par l’exemple que femme et numérique sont deux mots qui vont très bien ensemble.

Les femmes représentent 50% de la population mondiale mais, dans le secteur du numérique français, elles ne sont que 21% des effectifs. Pourtant, de 1972 à 1985 la filière informatique était la deuxième filière comportant le plus de femmes ingénieures parmi les formations techniques. Un changement s’est opéré, et pourtant il faudrait plus de femmes dans ce domaine, car l’informatique et le numérique sont un des changements majeurs du 21ème siècle, il est donc logique que la moitié de notre planète y participe !

Trop souvent méconnues sont les figures féminines de l’informatique, même d’importance majeure, telles que les ENIAC Girls. C’est pourquoi, chez Operis nous avons eu envie de mettre à l’honneur ces femmes qui, dans l’entreprise, constituent une force avec laquelle on peut compter. Tout au long du mois de Mars, en lien avec la journée du 8 mars (Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes), nous publierons les portraits de nos collaboratrices qui ont accepté de nous parler de leur parcours. Espérant que cela ouvre des horizons !

C’est donc le portrait de Manal que nous vous proposons à la lecture aujourd’hui.

J’ai commencé mon cursus universitaire par une licence en Géologie, environnement Mines et Carrières, à l’université de Casablanca. C’était déjà un contexte très masculin, avec peu de femmes dans cette filière. Je me suis ensuite dirigée vers les SIG et la Géomatique pour la Gestion des Territoires et Environnement, où j’ai obtenu un premier master. J’ai ensuite fait le choix de faire un deuxième master, cette fois-ci spécialisé dans la Géographie et la Gestion des Espace et je suis arrivée en France en intégrant cette formation. C’était une manière pour moi de découvrir d’autres perspectives, d’avoir une liberté financière et une autonomie. C’est dans le cadre de la fin de mes études que j’ai intégré Operis, sur un projet bien spécifique : l’Observatoire des Territoires. J’avais d’autres opportunités mais c’était le projet qui me tenait le plus à cœur, et dans lequel j’étais déjà très investie. Cet Observatoire des Territoires, le projet Agora, est important pour moi, j’ai pu participer à sa genèse et je trouve ça très intéressant de participer à la spécification des besoins fonctionnels. Mes compétences sont valorisées dans ce travail.

Lors de mon parcours universitaire, j’ai pu observer que parfois, certains professeurs ne voulaient pas travailler avec des femmes, alors qu’il n’y a pas de différences en terme d’efficacité. J’aurais personnellement bien aimé voir plus de filles lors de mes études, déjà parce qu’elles ont leur place dans ces domaines, et ensuite car ça aurait donné la preuve que c’est possible. Il faut casser les barrières, casser les codes du genre et de l’éducation qui est apportée.  Malheureusement ce sont des clichés qui sont parfois encouragés. L’un d’entre eux est celui que les femmes font moins la différence entre le professionnel et le personnel, et qu’elles sont donc moins efficaces, mais c’est faux, on est pas « trop émotives » pour avoir des responsabilités. Lorsque les clichés de ce type deviennent une norme, ce n’est pas bon et personne n’en sort grandit.

Je pense qu’il faut que collectivement, on prenne le temps de réfléchir aux conséquences de ces actions, sur ce que ça dit de nous en tant que société.

Les choses évoluent, timidement, et heureusement !

Sources : https://femmes-numerique.fr/ | https://www.grandeecolenumerique.fr/ressources/les-femmes-et-le-numerique

Crédits images : Pasty Simmers, tenant l‘ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), Gail Taylor, tenant l’EDVAC (Electronic Discrete Variable Automatic Computer), Milly Beck, tenant l’ORDVAC (Ordnance Discrete Variable Automatic Computer) et Norma Stec avec le BRLESC-I (Ballistic Research Laboratories Electronic Scientific Computer), photographie issue des archives de la Bibliothèque de l’US Army.